CONNAISSEZ-VOUS LE CONGE ENGAGEMENT?

11/12/2019

Vous êtes dirigeant ou encadrant bénévole dans une association déclarée ou inscrite au registre des associations depuis trois ans au moins, ou dans un conseil citoyen reconnu par le préfet ?

Et vous êtes par ailleurs salarié dans le privé ou fonctionnaire dans l’une des trois fonctions publiques (d’Etat, territoriale ou hospitalière) ?

Vous pouvez désormais solliciter auprès de votre employeur un congé, fractionnable en demi-journées, pour préparer toute activité liée à vos responsabilités associatives au cours de l’année.

Si vous travaillez dans la fonction publique, vous pouvez solliciter jusqu’à six jours par an au titre de ce congé non rémunéré.

Si vous travaillez dans le secteur privé, la durée et les modalités de mise en œuvre de ce congé, en principe non rémunéré, sont prévues par un accord de votre entreprise ou de votre branche.

Le cas échéant, si la négociation collective l’a autorisé, cet accord peut prévoir le maintien total ou partiel de votre rémunération pendant le congé.

En l’absence d’accord, le congé est non rémunéré et sa durée est de six jours.

Le congé de responsables associatifs

Ce congé est destiné à encourager la prise de responsabilités bénévoles par des personnes par ailleurs salariées du privé ou en situation d’emploi dans la fonction publique.

Ce congé peut donc être sollicité auprès de son employeur par :

  • Tout salarié ;
  • Tout fonctionnaire (titulaire ou stagiaire), qu’il appartienne à la fonction publique d’État, territoriale ou hospitalière. Tout agent contractuel sera également éligible.

Pour les agents des chambres consulaires (chambres de commerce et d’industrie, chambres d’agriculture, chambres des métiers et de l’artisanat), la loi prévoit que la commission nationale chargée de leur statut respectif veille à sa mise en conformité avec ce nouveau congé dans un délai d’un à quatre ans selon la commission

Afin de soutenir leur démarche citoyenne, ce nouveau dispositif permet l’obtention de 6 journées de congé par an pour faciliter la conduite d’activités bénévoles qui peuvent se tenir durant leur temps de travail.

Ce nouveau congé peut être utilisé par le bénévole pour toute activité liée à ses fonctions d’élu, de dirigeant ou d’encadrant associatif. A titre d’exemples, cela peut être pour :

  • Préparer un projet avec l’ensemble des équipes bénévoles que le responsable associatif encadre (par exemple, pour ouvrir un nouveau centre d’hébergement) ;
  • Participer à une réunion des instances de direction de l’association (par exemple un conseil d’administration d’une fédération régionale) ;
  • Préparer et organiser une telle réunion ;
  • Rencontrer un élu, un partenaire ;
  • etc.

Peuvent demander un tel congé auprès de leur employeur :

  • Les dirigeants d’une association (selon ses statuts : administrateur, membre du bureau, etc.)
  • Les responsables encadrant d’autres bénévoles (par exemple, les responsables d’un poste de secours ou d’un centre de distribution d’aide alimentaire).
  • Dans les deux cas, ils doivent être bénévoles dans une association qui répond à trois conditions :
  • L’association est déclarée et régie par la loi du 1er juillet 1901 ou, dans les départements du Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle, elle est inscrite au registre des associations ;
  • Elle est déclarée ou inscrite depuis trois ans au moins ;
  • Elle agit dans l’un des champs mentionnés au b) du 1 de l’article 200 du code général des impôts, c’est-à-dire : philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel, de la mise en valeur du patrimoine artistique, de la défense de l’environnement naturel, ou encore de la diffusion de la culture, de la langue et des connaissances scientifiques françaises.

Ce congé est non indemnisé, que ce soit par l’employeur privé ou public, ou par l’association. La durée de ce congé n’est pas imputée sur la durée des congés payés annuels. Elle est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination de l’ensemble des droits résultant du contrat de travail (droit à congés payés, ancienneté,…).

Toutefois, dans le secteur privé, un accord d’entreprise ou à défaut un accord de branche peut prévoir le maintien de la rémunération du salarié, totalement ou partiellement pendant ce congé.

https://www.associations.gouv.fr/conge-engagement.html