La générosité des Français 2020 Vent d’optimisme sur cette 25ème édition

20/11/2020

Le montant des dons déclarés au titre de l’impôt sur le revenu augmente de 2,4% lorsque notre suivi de la collecte des associations affiche une progression de 3,3%. Ce résultat peut être considéré comme une bonne surprise, après une année 2018 particulièrement difficile.

Cette 25ème édition s’appuie sur des sources officielles pour suivre l’évolution de la générosité des Français :
- L’étude détaillée des déclarations des 26 200 donateurs assujettis à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) en 2019. Elle est réalisée à partir des données transmises par la Direction générale des Finances publiques.
- A partir de cette même source, l’analyse de plus de 4,7 millions de foyers fiscaux ayant déclaré des dons aux associations en même temps que leurs revenus 2019.
- L’observation des montants collectés par 89 associations et fondations représentant 1,2 milliard d’euros. Elle se réfère aux Comptes d’emploi des ressources publiés au Journal officiel et permet aussi de dresser la liste des 40 organisations les plus importantes, dont les cinq premières sont, cette année, la Fondation du Patrimoine, l’AFM-Téléthon, les Restos du coeur, le Secours Catholique et Médecins Sans Frontières.
Ces deux dernières approches se renforcent mutuellement, pour donner une particulière robustesse à ces constats :
 Le montant des dons déclarés au titre de l’impôt sur le revenu augmente de 2,4% lorsque notre suivi de la collecte des associations affiche une progression de 3,3%. Ce résultat peut être considéré comme une bonne surprise, après une année 2018 particulièrement difficile.
 En dépit d’une nouvelle régression du nombre de foyers déclarant un don (- 5,6%), le don moyen annuel présente une nouvelle hausse, avec un montant allant de 343 € parmi les moins de 30 ans, jusqu’à 638 € chez les plus de 70 ans. Même s’ils ne représentent qu’une assez faible part du groupe des donateurs et des montants déclarés, les jeunes de moins de 30 ans affichent toujours « un effort de don » au regard de leurs revenus (2,4%), tout proche de celui des plus de 70 ans (2,6%).
 La proportion des foyers imposables déclarant un don, que nous appelons la densité des donateurs a de nouveau faibli à 20,7%. Pour la plus haute tranche de revenus (plus de 78 000 euros), cette proportion des donateurs imposables se situe au-dessus de 42%, pour un don moyen supérieur à 1 260 euros annuels.
 Au plan territorial, la diagonale généreuse observée depuis des années se confirme, des Pyrénées-Atlantiques à l’Alsace. La Bretagne arrive cependant en tête, devant le Grand Est et l’Auvergne-Rhône-Alpes.
 Pour la deuxième année de ce nouveau régime, les dons relatifs à l’IFI ont enregistré une hausse supérieure à 30%, de même que le nombre des donateurs concernés. Ils représentent près de 19% des assujettis, avec un don moyen dépassant 5 600 euros.
Cette étude se termine par les résultats d’une enquête menée au printemps 2020, en lien avec France Générosités et le Mouvement Associatif. Elle fait le point de la situation ressentie, au début du déconfinement, par plus de 3 000 responsables associatifs recevant des dons des particuliers et plus de 3 000 responsables recevant des dons des entreprises.
 
Etude et infographie en ligne sur www.recherches-solidarites.org